Toujours + pratique

Prime de fin d’année : le point pour arbitrer entre livrets d’épargne et contrat d’assurance vie

Le 13e mois est bientôt là et, comme chaque année, vous hésitez. Où placer cette somme ? Sur un livret réglementé ou sur votre assurance vie ? Voici quelques conseils pour vous aider à faire un choix éclairé.
femme-souriante-devant-son-ordinateur-avec-un-carnet-de-notes

Quels sont vos projets ?

Avant tout, demandez-vous comment vous comptez utiliser cette somme :

  • Vous avez un projet bien précis à financer immédiatement, comme des travaux chez vous.
  • Vous n’avez pas de besoin immédiat, mais un projet à court terme, par exemple changer de voiture.
  • Vous voulez mettre de l’argent de côté, au cas où.
  • Vous avez un projet plus lointain, du type acheter une maison ou payer les études de vos enfants.

Votre projet définit votre horizon de placement, c’est-à-dire le moment où vous aurez besoin de cet argent et donc le support d’investissement le mieux adapté à votre situation ! On vous décrypte les deux grandes catégories de placement pour vous aider à faire les bons choix :

Les livrets

Les livrets règlementés ne manquent pas d’avantages. Les dépôts et les retraits sont immédiats et sans aucune formalité. Par exemple, le Livret A et le Livret Développement Durable et Solidaire sont comme de seconds comptes en banque. Ils sont exonérés d’impôts et de prélèvements sociaux et ne sont pas non plus soumis à des frais de gestion.

Toutefois, il est important de noter que ces livrets ne sont pas dépourvus d’inconvénients :

  • Leur montant est plafonné : 22 950 € pour le Livret A et 12 000 € pour le Livret Développement Durable et Solidaire ce qui peut limiter votre placement.
  • Leur rendement annuel est très faible à ce jour, avec seulement 0,5 %.
  • Un seul Livret A par personne – dans le cas contraire, on s’expose à une amende équivalant à 2 % de l’encours, soit 459 € s’il est plein.

Et le PEL ? Un peu à part, c’est un livret règlementé dédié à un projet immobilier. Son taux d’intérêt est à ce jour d’environ 1% et vous êtes obligé de « casser » ce PEL pour retirer l’argent. Il permet certes de décrocher un prêt mais le montant est donc limité et son taux est peu compétitif dans le contexte actuel.

Côté assurance vie

Avec l’assurance vie, on est sur une vision à plus long terme car la durée de placement conseillée est de 8 ans minimum. Bien sûr, l’argent reste disponible en cas de besoin, mais l’idée est d’épargner sur la durée !

L’assurance vie possède deux grands avantages :

  • Sa souplesse : vous pouvez placer votre argent comme vous le souhaitez et piloter votre épargne dans le temps. Vous pouvez ainsi mettre en place une stratégie vraiment personnalisée, avec plus ou moins de risques et un potentiel de rendement plus ou moins important selon vos objectifs.
  • Sa fiscalité : l’assurance vie bénéficie d’un cadre spécifique, notamment au bout des fameux 8 ans de détention. A partie de cette date, vous bénéficiez pleinement des abattements en cas de retrait. Elle est aussi intéressante pour transmettre un patrimoine : pour les primes versées avant l’âge de 70 ans, chaque bénéficiaire a le droit à une exonération de prélèvement jusqu’à 152 500 € (tous contrats confondus). Notez quand même que l’assurance vie fait l’objet de frais de gestion notamment. C’est le prix à payer pour profiter d’un large choix de supports financiers sur lesquels investir et d’une fiscalité unique !

Alors, que choisir pour votre 13ème mois ?

Les livrets représentent donc une solution temporaire, pour des fonds que vous allez utiliser rapidement. Quant à l’assurance vie, elle répond à tout le reste ! Ultra flexible selon vos besoins, elle vous accompagne toute votre vie et possède de gros avantages. C’est donc le moment de réfléchir à vos projets et de préparer vos placements !