Toujours + Simple

Assurance vie : oui, choisir vos bénéficiaires en cas de décès est important !

L'assurance vie est un formidable produit d'épargne pour préparer votre transmission...à condition d'avoir désigné vos bénéficiaires en cas de décès.
femme-détendue-avec-des-feuilles-qui-volent-autour-d-elle

L’assurance vie est un formidable produit d’épargne pour préparer votre transmission. Mais pour profiter de ces avantages fiscaux il est primordial d’anticiper et de renseigner au moins un bénéficiaire en cas de décès.

Une solution pour « éviter» les droits de succession ?

En cas de décès, les droits de succession peuvent s’avérer très élevés. Certains héritiers sont parfois obligés de vendre la maison d’un parent disparu pour payer les sommes demandées par l’État. Heureusement, l’assurance vie n’est pas soumise aux règles « classiques » de la succession. Comment ? Grâce à sa fiscalité spécifique ! En effet, en cas de décès, les bénéficiaires que vous désignez bénéficient d’une importante exonération fiscale pour les versements effectués avant l’âge de 70 ans : jusqu’à 152 500 € sans avoir à payer d’impôt. Et cela est valable pour chaque bénéficiaire désigné (tous contrats confondus).

Petite précision sur l’abattement fiscal

152 500 € par bénéficiaire, c’est une belle somme ! Mais le capital versé n’est exonéré d’impôts que si l’argent a été placé sur l’assurance vie avant les 70 ans de l’assuré. Pour les montants placés après cet âge, la fiscalité change et devient moins favorable.

Rappel : Sont totalement exonérés : le conjoint et le partenaire pacsé (sans condition) ainsi que le frère et la soeur, sous conditions : frère ou sœur l’impossibilité de subvenir par son travail aux nécessités de l’existence, et ayant été constamment domicilié avec le défunt pendant les 5 années précédant le décès.

Juste essentiel!

En cas de décès, le capital est reversé aux personnes désignées dans la « clause bénéficiaire ». La plupart des contrats d’assurance vie comportent une version standard qui couvre le conjoint non divorcé non séparé judiciairement, à défaut les enfants nés ou à naître, vivants ou représentés, par parts égales entre eux et à défaut les héritiers. Cette logique en cascade correspond à la plupart des situations familiales. Donc si vous n’avez pas de besoin particulier, c’est très simple : vous n’avez rien à faire, la clause bénéficiaire standard est faite pour vous.

Du sur-mesure en cas de besoin

Vous voulez transmettre une partie du capital de façon bien spécifique, par exemple à quelqu’un qui ne fait pas partie de votre famille ? Avec la clause bénéficiaire personnalisée, c’est possible. Vous pouvez même choisir plusieurs bénéficiaires par leurs noms et donner un pourcentage précis du capital à chacun. La clause personnalisée peut répondre à des situations très spécifiques : il convient de la rédiger avec soin. Mais pas de panique, en cas de besoin particulier, nos experts sont là pour vous accompagner.

Votre assurance vie évolue avec votre vie

La vie est pleine de surprises : mariage, naissance des enfants et des petits-enfants, mais aussi divorce, remariage, décès d’un proche… Autant d’événements qui pourraient vous inciter à modifier la clause bénéficiaire de votre assurance vie. Un exemple ? Si vous avez désigné votre conjoint par son nom, vous n’aurez pas forcément envie de lui laisser une part conséquente du capital après un divorce ! Et bien sachez que, s’il n’y a pas eu acceptation du/des bénéficiaire(s), vous pouvez modifier votre clause bénéficiaire pour que votre contrat d’assurance vie colle vraiment à vos besoins. Et ce, autant de fois que nécessaire.

En bref

Mettez à jour vos bénéficiaires aussi souvent que nécessaire ! C’est le meilleur moyen de vous assurer que l’épargne de toute une vie profite à ceux qui vous sont chers… Alors rendez-vous dans votre espace client pour piloter votre contrat et l’adapter au plus juste selon vos besoins.